L'engagement associatif et citoyen comme vecteur (efficace) pour se développer.

S'inscrire à la newsletter

L'engagement associatif et citoyen comme vecteur (efficace) pour se développer.

Postée le 23/08/2018

Par Jacinthe SCHWENDIMANN.

S’adapter et se développer peut permettre de saisir des opportunités et de s’en créer.

De nombreux outils, méthodes existent aujourd’hui prônant « le développement personnel » ou le développement de ses savoir-être, ses savoir-réagir, etc.

Cette amélioration de soi est presque devenue une injonction de la société de nos jours. Au-delà de sa propre évolution, il faut coller à des schémas proches de la perfection. Nombre d’articles et d’ouvrages traitent de sujets comme « Apprendre à écouter les autres » et dans le même rayon, vous trouverez également « Moi d’abord, pour une fois ! ».

Cette littérature constitue une attente sociale, souvent paradoxale, imagée de principes positifs et inattaquables dans leur fond. Ceux qui se lancent dans ce chemin du développement personnel sont parfois même confrontés à un sentiment d’inefficacité constatant que la parfaite connaissance de la théorie de Cannon sur le stress ne permet pas mieux de gérer ses émotions, et que la confiance en soi ne s’acquiert pas après 3 séances de coaching.

Et si changer sa façon de voir, évoluer dans ses réactions était un processus qui fonctionnait sur la base de l’apprentissage ?

L'engagement associatif et citoyen comme vecteur (efficace) pour se développer.

Il y a quelques années, mes deux dirigeants ont souhaité que je m’investisse davantage dans les réseaux pour « enrichir ma pratique professionnelle » : la première image qui a jailli dans mon esprit était un cocktail guindé, des cartes de visites et le grand inconfort social d’y aller seule sans y connaitre une seule personne.

Trois ans après, je suis active dans 2 réseaux et une association de jeunes citoyens entreprenants.
Cet engagement bénévole m’a presque plus apporté que 6 années d’études et 12 ans d’expérience professionnelle.

Si on m’avait dit il y a 3 ans que je serai montée sur scène devant 1500 personnes, que j’animerai des assemblées générales, participerai ou piloterai des projets pour ma ville, je n’y aurai pas cru.
Et pourtant aujourd’hui, grâce à ces expériences, j’ai réduit les 48h de stress qui précédaient une prise de parole devant un client ou une assemblée, aux seules 10 minutes qui précèdent mon premier mot. Il y aurait d’autres exemples à citer.

Aucune formation, conseil, lecture ne m’avait permis d’y arriver aussi vite et de façon aussi sereine. Le travail en équipe, le soutien d’autrui, l’engagement et le travail personnel ont été les vecteurs d’une évolution.
 
La digitalisation nous hyper-connecte et pourtant nous isole de plus en plus devant nos écrans nous centrant sur nous-même, nos envies, nos besoins, nos exigences.

Servir le collectif, œuvrer pour sa cité, contribuer à un projet caritatif, associatif, citoyen, permet d’être utile à l’autre, de maintenir une proximité, de multiplier les expériences, de rencontrer de nouvelles personnes et enrichir notablement et durablement sa vie.

La prise de responsabilités et l’engagement dans l’univers associatif, permet de réaliser et de se réaliser dans un espace différent de celui du professionnel et malgré tout qui revêt de vrais enjeux, des contraintes, et de vraies opportunités.

Bref, pour se développer, il faut apprendre, il faut pratiquer, et à mon sens, l’une des meilleures façons d’y arriver est de quitter son écran, de stopper l’auto-analyse et d’aller vers l’autre et servir le bien de tous. On vous le rendra au centuple.